Et maintenant, que vais-je écrire?

Se retrouver face à son écran d'ordinateur, compulser les données mises à jour de divers sites internet, lire en diagonale des titres, des rubriques, revenir sur sa page Vox et se demander ce qui va bien pouvoir sortir de ce voyage sur la toile…

Je déambulais tout à l'heure entre les rayons d'un libraire, à la recherche de ma prochaine gourmandise littéraire, lisant en diagonale toujours les résumés des dernières de couverture. Finalement, me disais-je alors, tant d'histoires se ressemblent…

Ce soir, en surfant, j'ai trouvé un article, dans les insolites de Courrier International, décrivant la dernière facétie des plus-que-nantis: le restaurant accroché dans les airs, plus précisément une tablée suspendue au bout d'une grue à 50 mètres de hauteur. Nouvelle réflexion: qu'irait-on inventer pour pimenter nos traditions, bouleverser l'assommante routine consistant à –oh mon dieu quelle banalité affligeante– se rendre dans un restaurant tout ce qu'il y a de plus classique? Je me suis souvenue avoir vu à la télévision des images de ce concept: Dinner in the sky
Cela vaut-il vraiment la peine que les histoires ne se ressemblent pas? Est-il vraiment si important de jouer les funambules? Ces gens qui s'envoient proprement en l'air pour une cuisse de poulet se sentent-ils dès lors grisés?
Il y a déjà longtemps de cela, quelqu'un m'a dit que les histoires n'avaient pas besoin d'être incroyables ou tumultueuses pour être belles. Du haut de ma stupide jeunesse, j'avais complètement dédaigné ce point de vue. Depuis, j'ai revu mon opinion, enfin peut-être…
Je crois aujourd'hui que l'essentiel n'est pas de dîner sur la grue mais plutôt de savoir ce qu'il y a dans l'assiette et qui sont les convives.

Publicités

Auteur : Lzarama

J'aime la mode, les bons restos, les chats mais ici je n'en parlerai pas. Enfin, je crois.

4 réflexions sur « Et maintenant, que vais-je écrire? »

  1. Tout à fait d’accord avec toi. Qui mange dans les airs? Je me demande même si les oiseaux qui piquent tout droit dans la mer pour pêcher leur petit dej’ ne se calent pas bien gentiment quelque part pour déguster ou tout au moins digérer tout ça? Seuls les astronautes en sont réduits à manger dans les airs et faut voir ce qu’ils se mettent dans le gosier: le boeuf et la compote de pommes liophylisés trés peu pour moi! Rien ne vaut un bon repas au coin d’un feu ou au bord de la rivière, mes plus grandes extravagances gastronomiques…P.S: Quant à la « bouffe » dans les avions, n’en parlons pas…elle est inexistante…sauf en classe affaires peut-être…(la classe quoi?)

  2. [c’est top] Mais en modeste gastronomeque je suis, s’il m’est démontré que la présence du vide peu modifier la perception du goût, alors j’aurai plaisir à essayer cette façon de manger là. A condition biensur qu’elle ne soit pas reservé exclusivement au grand monde ;)Certains mangent bien dans le noir…

  3. Pareil, l’experience doit être interessante, tout au moins particulière, deguster un tartare de boeuf avec 20 mètres ( si ce n’est plus) de vide sous vous, ca doit faire son effet, quand à la vue, ca doit être quelque chose !
    il ne faudrait pas forcement associer ce genre d’experience qui au demeurant pourrait etre très amusante, aux  » grands de ce monde » qui ne savent plus quoi faire de leur argent qui s’ennuient et du coup le dépense dans de stupides et curieuses lubies…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s