Billet nocturne

Il semble que ce soir, je n'ai pas sommeil, je ne me résouds pas à clore tout de suite les paupières et à essayer de retrouver Morphée dans l'obscurité. Je préfère encore traîner mes guêtres sur le net, jusqu'à Vox et gratifier mon blog avec lequel je suis en léger froid ces jours derniers, d'un post plein de tout et de rien, plein de ce qui me traverse à l'instant.

Avant de poser le pc sur mes genoux, je rangeais les reliefs d'un dîner avec en fond sonore une radio bourdonnante, faute aux piles bientôt hors d'usage. France Inter, Allô la planète. J'aime bien cette émission. Interactive mais intéressante. Les auditeurs ont la parole, pour reprendre le slogan d'une consoeur de la bande FM, mais une parole loin d'être dénuée d'intérêt. Pas que les affres des uns et des autres racontés lors d'émissions animées par d'enveloppantes voix radiophoniques le soient forcément… Disons plutôt qu'elle est en tout cas beaucoup plus apprenante. Le regard d'un citoyen du monde en faction à l'autre bout du globe sur un même événement modifie le point de vue que nous avons nous, du bout de notre lorgnette. Je crois qu'il y a toujours quelque chose de salvateur à s'éloigner de ses contingences personnelles de temps à autre, ne serait-ce que pour s'apercevoir de la tolérance nécessaire au bon fonctionnement d'une société.

J'ai monté le volume crépitant, à l'écoute du dernier auditeur. Lucas, fraîchement sorti d'une formation universitaire, s'est vu gratifier trop tard d'une bourse d'études. 4000 euros tombés en fin d'année, alors qu'il n'en a plus vraiment besoin et qu'il a réussi à se débrouiller autrement. 4000 euros qu'il estimait devoir redistribuer à un projet à but humanitaire. Un geste plein de noblesse, peut-on penser, un geste stupide, aussi songer. L'animateur lui-même semblait perplexe, incitant Lucas à une sage réflexion, lui faisant miroiter la possibilité de se faire plaisir, de flamber même. Mais le jeune homme avait l'air décidé.

J'ai tendance à poser sur la nature humaine un regard peu tendre et la liste des exemples prêts à nourrir ma rancoeur se fournit trop facilement. Mais parfois, il y a une étincelle d'espoir dans le maelstrom, comme si la machine à perversion avait des soubresauts…

Qu'adviendra-t-il du trésor de Lucas ? En fera-t-il un usage personnel ? Le transmettra-t-il ? Et si oui, les intentions du bénéficiaire seront-elles aussi louables que l'on peut le souhaiter ? C'est déjà un autre épisode dont nous n'aurons sans doute jamais la fin. Mais merci pour la touche d'espoir.

Ca y est, les piles ont lâché.

Publicités

Auteur : Lzarama

J'aime la mode, les bons restos, les chats mais ici je n'en parlerai pas. Enfin, je crois.

6 réflexions sur « Billet nocturne »

  1. bonne question… honnêtement, je ne sais pas si j’aurais été aussi altruiste… d’instinct, j’aurais voulu sans doute faire plaisir à mes proches et à moi… Après, derrière pareil geste, on peut imaginer des facteurs de motivation… je ne sais pas… et toi ?

  2. J’aurai donné une part à une asso (Les Toiles enchantées par exemple), une part à ma famille et comme pop, je me financerai un voyage ! :o)

  3. 4000 € ? Participer au financement de proximité d’un primo-entrepreneur. Une mission en Afrique pour creuser deux ou trois puits. Refaire la façade de la maison (pour bien montrer à tout le monde que c’est la notre qui est la plus belle…). Décidément, on peut faire plein de choses avec 4000 € !;)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s