L’amande et le pois chiche

Est venu le temps pour moi de vous livrer une part bien plus intime de mon être.

Il m'arrive parfois d'avoir envie de jeter en quelques lignes intenses et sauvages – rien de moins – ici mes états d'âme et ceux de coeur parce qu'un blog, ça peut devenir et c'est pour certains, un défouloir personnel. Comme une boîte virtuelle qui contiendrait un concentré de soi et de ses excès intimes. Il y a des jours où je désire ardemment déverser ma fureur, ma colère ou même ma joie par ici, où ma tête commande à mes doigts de frapper avec frénésie le clavier pour y imprimer mes humeurs.

Mais à peine j'entame cette démarche, que l'enthousiasme de la délivrance retombe. L'index appuie sur le touche retour et je vois les mots juxtaposés les uns aux autres s'effacer aussitôt comme si jamais ils n'avaient existé, comme si jamais ils n'étaient sortis de mes pensées. Pudeur, retenue, désir de choisir avec qui je partage les fruits de mon jardin secret.

Néanmoins, aujourd'hui, voici un épisode privé pour satisfaire le voyeurisme des quelques personnes lisant avidemment cette note (si, si, j'en connais). Je déjeunais avec un ami, une pause méritée pleine de rires et de soupirs de ceux que l'on a un mardi de semaine. Pour conclure un en-cas pris en 45 mins chrono portable en mains, le café d'usage. J'aime bien l'endroit car le personnel a le bon goût de garnir la coupelle de la tasse à café d'une amande en chocolat. Et que mon ami en question me cède toujours, toujours, la sienne. Là, incroyable veine, j'ouvre, la bave presqu'aux lèvres, l'enveloppe de plastique et je découvre une amande et demie à l'intérieur. Quel pourcentage de chance avais-je de tomber sur ce sachet ? Quel degré de risque dans le système quasi sans faille et tayloriste de l'industrie de l'emballage d'amandes au chocolat ? Il est peut-être venu l'heure que je crois en ma veine, au destin, en ma bonne étoile, que je joue au loto ou que je dise à tous ce que j'ai sur le coeur… Une amande et demie peut-elle être lue comme un signe ? Une certitude : le glas a sonné, s'ouvrent à moi les nouveaux chemins de la réflexion et de la perception. Fou l'effet que m'a fait cette amande au chocolat…

 

Publicités

Auteur : Lzarama

J'aime la mode, les bons restos, les chats mais ici je n'en parlerai pas. Enfin, je crois.

13 réflexions sur « L’amande et le pois chiche »

  1. fut un temps pas si lointain où je lisais des signes dans les choses qui m’arrivaient. c’était un temps où je rêvais encore. maintenant, je ne rêve plus, mais je t’envie ta capacité à le faire, et ta fraicheur à t’émerveiller d’une petite chose belle comme une amande ET demi, le tout enrobé de crémeux chocolat. ;o) moi aussi, je crois que je vais revenir voir, dans pas très longtemps, si cette amande ET demie aura bien été un signe. tu me donnes confiance ;o)

  2. C’est marrant, ton post me fait un peu penser à mes débuts sur Vox : un certain nombre de pensées plus ou moins pesantes t’habitent, et tu décides de les coucher sur le papier pour les partager. A ce moment, se produisent deux phénomènes intéressants : tout d’abord, le fait d’exterioriser et de matérialiser tes pensées en réduit considérablement l’emprise sur ta personne (Freud doit certainement expliquer tout ça très bien), et deuxièmement, se pose l’épineux problème des limites de ton intimité, ou, pour être plus précis, des limites des choses que tu es prête ou capable de dévoiler à un public donné.Je me rappelle avoir rédigé il y a quelques semaines un article assez personnel que je n’ai finalement pas posté, et maintenant, mes articles sont essentiellement des photos et des textes dont on peut probablement dire qu’ils sons assez banals. Ton post, c’est un peu ça, j’ai l’impression.

  3. réflexion intéressante mais ce qu’il faut savoir que je m’exprimais sur le mode second degré. C’est un choix parfaitement assumé que de très peu me dévoiler, c’est ainsi que j’ai pensé ce blog, jamais je n’ai voulu en dire trop sur mes états d’âme ici.
    Après, chez moi, l’écriture est un moyen important pour m’aider à évacuer, à prendre du recul lors des moments de trop-plein que nous connaissons tous.
    Aussi si l’envie d’écrire pour me libérer existe, je sais que le « contenant » ne deviendra jamais ce blog, qui n’existe pas pour ça à mes yeux…

  4. Un petit rien et c’est le bonheur, oui, ça arrive…PS: que vient faire le pois chiche dans le titre? J ‘ai du louper quelque chose.

  5. Hum, 3 raisons : ça donne un petit côté fable, ça symbolise ce que parfois j’ai dans la tête – ou son contraire et enfin, c’est une « private joke » pour une toute petite poignée d’initiés (à mon humour douteux…) !

  6. sympa ta note, comme quoi, il suffit d’une amande, d’un bout de scotch ou d’une cuillère à soupe pour nous réconcilier avec  la vie. Le bonheur est à portée de main, c’est ce qu’on dit non?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s