Apnée

Je me tais. Pendant de longues semaines, que dis-je des mois, je ne dis rien. Pas que rien ne me pique, ne me tourmente, ne me surprenne. Mais je ne sais pas, je n'éprouve pas le besoin irrépressible de poser quelques mots ici.

Et d'un seul coup, cela devient essentiel. Je ne sais pas trop quoi dire, ni comment. Mais il y a une boule à l'intérieur qui fait que je n'en peux plus et qu'il faut qu'à tout prix, je jette des phrases, plus ou moins cohérentes ici.

Nous y sommes. Ecrire me manque. Plus que jamais. Mais cela fait trop longtemps que je ne m'y suis pas mise vraiment pour tailler dans la masse et produire quelque chose qui se tient.

Alors, je me plonge dans mes archives ou lis les dernières notes. Je me dis "bah, y avait des trucs pas trop mal". Et je crois sincèrement que c'est encore un peu là, je me rappelle des mots gentils de quelques lecteurs égarés passés par là.

Cela me donne envie. C'est un début. Et un bon, non ?

 

Publicités

Auteur : Lzarama

J'aime la mode, les bons restos, les chats mais ici je n'en parlerai pas. Enfin, je crois.

3 réflexions sur « Apnée »

  1. C’est étonnant, j’ai presque l’impression de lire dans mes pensées, hormis le passage sur la lecture des archives.
    Il y a eu le désir/besoin irrépressible d’écrire, même d’incohérentes notes, s’en est suivie une longue pause, de laquelle je ne suis encore pas tout à fait sortie : aucun irréfrénable besoin ni folle envie de laisser échapper le moindre mot, même tout petit. Même en cherchant bien.
    Les mots sont là, en ordre dans ma tête, mais une fois les doigts sur le clavier plus moyen de les libérer. Ma libido rédactionnelle reste bel et bien en panne.
    Et puis tout à coup, sans que je ne sache pourquoi, le manque, le besoin et l’envie sont à nouveau là… Malgré le désir revenu, après chaque pause, je ne retrouve jamais l’en train d’avant. Hélas.
    C’est un bon début, oui, alors à la prochaine note ! Sourire.

  2. Oui c’est un bon début, je crois que l’on est en symbiose, c’est comme un paradoxe. Envie d’écrire mais comme Thalie, le clavier reste souvent inerte à l’arrivée. L’envie est là mais le reste ne suis pas. Espérons que c’est cyclique ! Quel est le déclencheur de cette envie d’écrire, je reste sur la théorie « trop plein d’émotions ».
    Au plaisir.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s