Comment je vomis la pub Sofinco

Au gré de visionnage de vidéos sur Internet, je regarde une publicité imposée, de celle qu'on est obligé de se farcir sans possibilité de cliquer sur "Ignorer".

Trois jeunes hommes, entre 25 et 30 ans, sont attablés et discutent. Celui du milieu est le centre d'intérêt de la conversation. Il explique, un peu niaisement, à ses copains, comme sa copine trouve sa voiture toute pourrie, son appartement pouilleux et se lamente de ses soucis de chaudière.

Là, il explique que vu qu'il est à sec, il est bien embêté, qu'il risque de perdre sa copine… sauf que Sofinco est là pour l'aider à acquérir un véhicule rutilant, à s'acheter du mobilier digne de ce nom et à réparer cette fichue chaudière.

Oui, oui, oui.

Passons le fait que je trouve ces organismes de crédit à la consommation affreusement dangereux, vendant des miettes de rêve matériel à des taux monstrueux… Passons.

Ce sur quoi je ne passe pas est la désinvolture de la scène.

Les trois larrons s'accordent pour déclarer que contracter ce prêt est la meilleure chose à faire, avec insouciance et bonne humeur, un peu comme lorsqu'on trouve une idée légère réjouissante, comme si ses amis lui disaient "gratte donc des banco ou des millionnaire".

Et le motif, le motif de leur discussion : la petite amie se plaind et menace d'une rupture ce pauvre (dans tous les sens du terme) mec qui n'a pas un radis (et donc un souci de chaudière, une voiture de nase et une déco à chier).  Voilà un beau portrait de femme, matérialiste et intéressée (le personnage principal mentionne même qu'elle trouve la voiture de son copain machin beaucoup plus classe), comme je les aime.

J'ai beau chercher, je ne vois pas comment prendre ce spot au second degré, vraiment. L'agence qui a proposé cet écran de pub et Sofinco sont tombés d'accord : "il faut toucher les jeunes trentenaires un peu – beaucoup - en galère". Rien que la manière dont est scandée le nom de la marque : on se croirait dans une soirée camping à jouer des maracas, SO-FIN-CO ! Beurk. Le crédit à la consommation ne m'inspire rien de léger, ni de joyeux.

Je ne mets pas le lien vers cette pub, j'en aurais honte.

Publicités

Auteur : Lzarama

J'aime la mode, les bons restos, les chats mais ici je n'en parlerai pas. Enfin, je crois.

Une réflexion sur « Comment je vomis la pub Sofinco »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s