Woodstock

440px-Capitol_Theatre_Woodstock_June_2011

A Woodstock, au Canada, un homme de 39 ans avait ce soir,
encore plus que les autres soirs, envie d’oublier. Il ne s’était rien passé de
grave pourtant, c’était justement ça le problème. Depuis des semaines, des
mois, sa vie semblait se résumer à la somme du vide et de l’ennui profonds.

John était un employé de bureau à la carrière tranquille,
très très tranquille. Il exécutait ses taches avec l’application suffisante
pour que personne ne se plaigne de ses services. Il manquait cependant de
l’énergie nécessaire à viser la promotion pour laquelle se battaient ses collègues.
John avait une maison. Ni grande, ni petite, ni belle, ni laide. Comme sa
femme, tiens. Comme sa voiture aussi. L’une venait de ruiner l’autre. La femme,
la voiture, cela va s’en dire. John aimait bien conduire, comme il aimait bien
tondre la pelouse le dimanche ou regarder le hockey à la télé. Comme ça, sans
plus. En comparaison, il aimait davantage ses enfants. Mais il n’était pas un
père très investi, ni très doué.

 Ce soir-là, plutôt que de prendre le bus pour rentrer
directement, il avait marché jusqu’au bar de Joe. Il avait rêvé d’être le genre
d’hommes qui pénètre avec allure et conviction dans un bar. Mais il savait
qu’il ne l’était pas. Même franchir la porte lui coûtait. Il resta un instant
sur le seuil, le temps que son regard s’habitue aux lumières tamisées, se
grattant le crâne qu’il avait chauve, se balançant d’un pied sur l’autre,
lissant machinalement son col de chemise d’un doigt à l’ongle rongé. Il n’y
avait presque personne et surtout personne de sa connaissance. Cela le rassura.
De toute façon, John n’avait pas beaucoup d’amis, il ne sortait presque jamais.
Il traversa le bar avec la grâce d’un éléphant et s’accouda au comptoir. Le
barman tournait le dos, John le héla. Le barman ne l’entendit pas. Ah oui, la
voix de John ne portait pas. Il commença à suer à grosses gouttes, il faisait
si chaud, le maillot de corps qu’il portait sous sa chemise était trempée par la
transpiration. Son blouson en nylon masquait au moins les auréoles sous les
bras.  Soudain, alors qu’il suait de plus
en plus et que le barman ne l’entendait toujours pas, quelque chose arriva.

Six heures plus tard, John sortait du bar ou plutôt
essayait, trébuchant, titubant, terminant à quatre pattes sur le parking de
chez Joe. Quand il releva la tête, une femme ravissante bien qu’un peu
vulgaire, était accroupie près de lui. Elle portait une mini robe en vinyle
rouge que même John, homme de son état constant, saoul de son état présent,
trouva de mauvais goût. Mais elle avait un minois magnifique et elle lui
souriait. Ce minois lui donna la force de se redresser, de lui tendre la main,
de se pencher vers elle et, sans autre forme de procès, de lui fourrer sa
langue dans sa bouche. Elle ne protesta pas et étrangement, John n’en fut pas
surpris. Ce qui s’était passé dans ce bar avait tout changé. Dans un murmure,
elle bredouilla son prénom. John ne fut pas étonné non plus. Dans l’incapacité
de se souvenir du sien, il lui glissa quelque chose du genre « à bientôt,
bébé » en relâchant son étreinte. Il se concentra très fort pour marcher à
peu près droit et dépasser le parking. Quelques mètres plus loin, il tomba sur
une borne de taxis où restait un véhicule. Le chauffeur hésita à le charger en
constatant son ébriété mais John, se dit-il, avait l’air d’un brave gars, mieux
valait le ramener chez lui et puis il n’y avait aucun autre client ce soir.

Durant le trajet, John raconta au chauffeur l’incroyable
événement qui s’était déroulé ce soir-là. Son récit n’était pas très cohérent
et le taxi, au début, l’écoutait d’une oreille à peine. Ce brave gars, il se
rappelait l’avoir croisé maintenant, il travaillait dans la même compagnie
d’assurances que son beau-frère ! Un mec ordinaire usé par son boulot, sa
famille, comme tant d’autres, va se saouler le soir, point barre. Mais au fur
et à mesure que John déroulait le fil de son histoire, il réalisait qu’il
n’était plus de ceux-là. S’il était sorti tromper l’ennui parce qu’il n’y
avait pas de meilleure option, un grain de sable avait tout chamboulé.

Ils s’arrêtèrent à une station service. Si le taxi vit John
s’extraire péniblement de la voiture, il ne le vit pas se diriger vers le
Lavomatic. Il aurait de toute façon pensé qu’il voulait juste prendre un peu
l’air, tellement il était bourré. Il ne le vit pas non plus ôter son blouson de
nylon, sa chemise couverte de sueur et de taches d’alcool et le reste de ses
vêtements. Il entendit par contre les rouleaux de la station de lavage se
déclencher, se retourna et resta muet devant le spectacle : John nu, les
bras levés, l’eau savonneuse ruisselant sur son corps potelé, criait :
« Tout recommence ! ».

Publicités

Auteur : Lzarama

J'aime la mode, les bons restos, les chats mais ici je n'en parlerai pas. Enfin, je crois.

5 réflexions sur « Woodstock »

  1. Suite à certains de vos coms chez Violette, j’ai eu la curiosité de vous
    suivre ici et je m’en félicite.
    J’aime vraiment beaucoup votre écriture. Je compte lire toutes vos archives !
    J’ai lu plusieurs de vos textes dont quelques uns ont un petit côté
    « Raymond Carver ».
    PS : vous avez une orthographe irréprochable mais j’ai relevé une petite
    erreur d’accord, cependant.
    …la promotion pour laquelle se battaient ses collègues. Et non  » se battait ».
    Pardonnez-moi, c’est plus fort que moi. Chez moi, on m’appelle Oeil de Lynx…Et je ne relève les erreurs que chez ceux que j’aime.
    Ca m’embête d’avoir l’air de faire la police (des polices) de l’orthographe,
    ceci dit ( mais je le fais quand même. Bouh, la vilaine ! ).
    Je vous suivrai avec plaisir en tout cas.

  2. Merci pour ce très gentil commentaire !! Et pas de souci pour le commentaire sur mon orthographe, au contraire, je vais corriger de ce pas. Ce blog n’a pas pour objectif d’être aussi populaire que celui de Violette, ce n’est pas même un rêve… mais si je gagne des lecteurs qui prennent plaisir à parcourir mes textes, je suis plus que ravie. C’est pour cela que j’écris. Merci aussi pour la flatteuse comparaison. Je suis très heureuse quand j’ai des commentaires, n’hésitez pas à en laisser !!

  3. Wouh! J’ai »voyagé » sur votre blog durant près de de deux heures.
    Pas de complexe à avoir par rapport à Violette ( je ne suis pas une fondue
    de mode à ce point !). Elle est drôle, voilà tout; Et j’aime aussi Caro de Pensées de Ronde où vous commentez parfois.
    Ce n’est que la 3e fois que je laisse un commentaire quelque part.
    Je persiste et signe : dans vos histoires courtes, il y a quelque chose qui
    m’a fait penser à R. Carver.
    Très bonne continuation, je le souhaite ( egoïstement pour mon plaisir
    aussi ).A bientôt, à vous lire.

  4. Je peux vous l’avouer maintenant, je ne connais Raymond Carver que de nom, je ne l’ai jamais lu mais je devrais réparer ce manque rapidement :))
    Je pense que vous allez continuer à avoir matière à lire car je ne compte pas m’arrêter tout de suite, au contraire. Merci en tout cas, vos mots sont ultra motivants !!

  5. En passant, de Raymond Carver en Livre de Poche-biblio, Les Vitamines
    du Bonheur. Un régal !
    Bonne future lecture ( ce sont des nouvelles ).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s