Le problème avec Jen

Fin février, s’achève la première phase majeure de compétitions & remises de prix depuis le « scope » français de l’année : bref, les Césars et les Oscars (les Oscars, ce n’est pas chez nous… quoi qu’un peu depuis Cotillard et Dujardin, la France, ce pays chauvin) sont derrière nous. Il est temps maintenant d’attendre le mois de mai et son combo généralement ensoleillé : Roland Garros + Cannes, indiquent les ordonnances télés.

Regarder les Césars peut s’apparenter à se rendre à un repas de famille. On y va, on sait qu’on va un peu se faire suer par moment, qu’on risque de râler. Mais finalement, si l’on gratte un peu le vernis de la mauvaise foi, on s’aperçoit qu’on l’aime bien ce rendez-vous foireux, qu’il s’agisse du gigot de Mamie ou de la cérémonie du Châtelet, on savoure anticiper le sketch foireux, critiquer les liftings ratés, s’émerveiller des tenues (quoiqu’en France, on a la triste habitude de la jouer trop fade à force de ne pas vouloir la faire bling, ce sont les Césars, zut les gars quoi…), deviner les ruptures et les nouvelles amours…

Les Oscars, ce sont la même chose… mais en mieux : plus de moyens, plus de stars, plus de direct, plus de blagues, du chant, de la danse, du show à l’américaine… Eh ouais, l’intelligentsia française aura beau se donner du mal, ça ne sera jamais bon comme là-bas (dit). En France, on aura toujours la paillette un peu triste.

Les américains ont un sens du spectacle et s’y impliquent avec un professionnalisme impressionnant…

Quoique, cette petite, là, qu’on avait pas trop remarqué jusqu’à maintenant et qui explose grâce à sa thérapie du bonheur, sème le doute. Jennifer Lawrence. Jeunette sans prétention propulsée en une et en home page de tous les sites à la mode. Grâce à sa performance (un peu), ses récompenses (beaucoup), ses gamelles (je m’interroge)… Non mais regardez-moi ça :

  • le 27 janvier dernier, aux SAG awards
  • Hier soir, aux Oscars

Donc, Jen, ma puce, une fois tu gagnes MAIS tu as un gros souci avec ta robe, tu la craques semble-t-il, ok on te l’a prêtée mais c’est une Dior quand même ! On ne t’a pas appris à prendre soin de tes affaires ? La seconde fois, tu gagnes et l’Oscar cette fois MAIS tu te vautres sur les marches de la gloire.

Jennifer, deux solutions : soit tu as des problèmes moteurs, soit tu es française. Je ne vois pas d’autre explication plausible à cette manière si particulière d’assurer le spectacle.

Publicités

Auteur : Lzarama

J'aime la mode, les bons restos, les chats mais ici je n'en parlerai pas. Enfin, je crois.

5 réflexions sur « Le problème avec Jen »

  1. Super contente de vous avoir branchée sur Carver. Mais le hasard s’il existe ne
    s »est-il pas montré malicieux en faisant tomber entre vos mains « n’en faites pas
    une histoire » ? Ca vous convient tellement bien ! Anyway, tout est bon chez
    Carver. Je vous souhaite de fastueuses heures d’écriture.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s