Vous parler d’amour

La semaine passée, à l’atelier d’écriture, j’ai rédigé dans le cadre de l’exercice hebdomadaire, le texte posté un peu plus bas : « l’enveloppe ». Je l’ai corrigé un peu avant de le mettre en ligne et je vous passe l’explication qui mène à sa réalisation.

Seulement, lorsque j’ai réfléchi à la manière d’aborder la proposition, je me suis dit que j’allais tenter d’écrire quelque chose évoquant l’amour, ce sentiment étrange et pénétrant (ahem).

Je lis en ce moment la Vérité sur l’affaire Harry Québert et je me fendrai peut-être d’une critique pour exprimer mon avis, lequel est, ne faisons pas durer le suspense, mitigé. L’amour y est traité de drôle de façon. Passons sur les vingt ans qui séparent l’amoureux et sa belle (je vous laisse deviner dans quel sens) pour nous concentrer sur la « cucuterie » de leurs échanges… Mandieu !! En résumé, elle est fascinée par son talent et lui par sa blondeur et par la façon parfaite dont elle s’occupe de lui. Leurs dialogues se vautrent dans le gnian-gnian, bref si le livre a son intérêt, ce n’est pas celui de parler correctement d’amour (quoique vu que je n’ai pas fini, je me dis qu’il y a peut-être une surprise à la fin à ce sujet ??… ).

Je trouve cela sacrément difficile d’écrire l’amour sans verser dans le niais ou les poncifs. D’écrire l’amour avec justesse et sensibilité.

Il y a de bonnes choses que je sauve dans le livre de Joël Dicker tout de même, comme certaines réflexions sur le métier d’écrivain. On y lit, entre autres, qu’un auteur est quelqu’un qui sait ressentir avec davantage d’acuité pour retranscrire le plus fidèlement les émotions. Ca se discute pour sûr, mais je me reconnais un peu là-dedans.

Et j’en reviens à l’amour. Cet été, j’ai lu La vie est brève et le désir sans fin, de Patrick Lapeyre. Le titre m’avait beaucoup plu. L’idée d’une vie où jamais le désir ne s’éteint me disait bien. Quant à la brièveté de la suscitée, je n’ai « que » 31 ans mais j’en suis déjà (malheureusement ?) convaincue. Le roman racontait l’amour impossible, à cause de la lâcheté d’un homme et de la frivolité d’une femme, de deux êtres qui pourtant brûlaient de désir physique et intellectuel l’un pour l’autre.

On s’approchait là d’une description assez réaliste de l’amour, peut-être trop naturaliste justement. Un peu cliché, mais soit, l’amour est parfois cliché.

Oui, je ne suis jamais contente.

J’aimerais parvenir à raconter l’amour avec ses aspects sublimes comme cruels. J’aimerais savoir en quelques mots traduire la grâce d’un moment amoureux, sa fragilité, sa densité émotionnelle.

Je me souviens d’une scène dans l’Auberge Espagnole où Xavier raconte le début de son amour avec Martine. Ils sont dans la rue de Paris où la largeur du trottoir est la plus minuscule, ils se tiennent sur ce tout petit bout de goudron et échangent leur premier timide baiser. Je trouvais ce moment de rien gracieux. Mais de toute façon, je trouve souvent que l’amour est mieux retranscrit au cinéma que sur le papier. L’image traduit plus aisément l’amour que les mots.

Bref, j’aimerais bien savoir écrire l’amour. Je vais m’y employer.

Publicités

Auteur : Lzarama

J'aime la mode, les bons restos, les chats mais ici je n'en parlerai pas. Enfin, je crois.

3 réflexions sur « Vous parler d’amour »

  1. Il n’y a pas de raison que tu ne saches pas écrire l’amour, puisque tu sais écrire tout court. Peut-être es-tu juste très exigente avec toi-même ? Ca ne pourra que te porter vers quelque chose de bien, alors oui, emploie-t’y !

      1. En effet, je pense que je suis assez exigeante, ce qui est à la fois bien et mal. Mais en tout cas, je me dis que je dois travailler ma plume encore et encore pour arriver à quelque chose de correct. Et ouf pour Marc Lavoine ;))

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s