On refait le match

Quand j’étais petite, je me retrouvais souvent à regarder des matchs sans l’avoir décidé cependant, entourée par ma mère et mon grand-père, les deux aficionados de la famille. Et j’entendais ce terme: « la surface de réparation ». Je n’ai jamais cherché à comprendre, je me contentais de jeter un oeil distrait à ces petits bonshommes courant dans un sens puis dans l’autre sur la verte pelouse. J’imaginais donc une aire où les joueurs réparaient quelque chose, voire eux-mêmes.

Mais ça n’a rien à voir du tout avec ce que je voulais vous raconter aujourd’hui. Non.

Garden StateAujourd’hui, je tenais à parler de deux films que j’ai regardés à la suite samedi soir (on ne peut pas toujours avoir de prévu d’incroyables bamboulas, n’est-ce-pas ? Ah bon, vous si ?): 500 jours ensemble (500 days of Summer) et Garden State.

Samedi soir, mon lecteur DVD a donc failli périr d’une overdose de sentiments.

Sur les deux affiches, il y a l’idée de fragments : la vie ce serait une collection de moments, d’extraits, de visages imbriqués les uns dans les autres avec plus ou moins de raison ??

Dans 500 jours, Tom et Summer. Dans Garden State, Andrew « Large » et Sam. Deux hommes pas spécialement torrides bien que charmants et deux brunettes au charme suave (et par la même occasion, deux filles dont pas mal d’hommes auraient, après avoir visionné les films, envie de tomber amoureux).

500daysSi dans les deux  cas, l’homme est le héros, la femme n’est pas qu’un simple faire-valoir. Tom se laisse complètement dépassé par l’amour fou qu’il porte à Summer, qui elle garde toujours distance et contrôle. Andrew, anesthésié H24, renaît au contact de la vitalité de Sam. Dans les deux cas, même si la rencontre amoureuse n’a pas la même saveur, ce sont des hommes émus par leurs compagnes, des hommes qui voient en la rencontre amoureuse un levier vers le bonheur.

Dans Garden State, dès leur première rencontre l’on sait que les deux héros vont s’aimer : ils sont équitablement réceptifs au charme de l’autre. Dans 500 jours, c’est différent, on perçoit dès le départ que Tom est bien plus scotché par Summer que l’inverse.

Garden State raconte une histoire un peu folle dans tous les sens du terme et un amour déraisonnable (sans trop en dévoiler à ceux qui ne l’auraient vu), 500 jours l’amour dans une tournure plus banale mais non moins tourmentée. Tom traversera toutes les phases de l’amour; j’apprécie particulièrement ces images où il décrit les détails qui le rendent fou chez Summer, puis plus tard, ces mêmes détails qui deviennent tout ce qui l’insupporte.

L’amour physique n’occupe qu’une place très mineure dans les deux cas, ce qui importe, ce qui emporte, ce qui submerge, ce sont bel et bien les sentiments et leur pureté.

Garden State raconte l’angoisse de jeunes adultes face à leur vie qu’ils sentent bien qu’ils doivent prendre en main sans trop savoir comment, 500 jours raconte la quête de l’amour et les espérances que l’on y place aujourd’hui.  Dans les deux cas, les sentiments et leur interprétation occupent une place majeure, qu’ils soient annihilés ou excessifs.

Dans les deux cas, c’est charmant, touchant et générationnel.

Deux films qu’on n’aime pas, deux films dont on peut tomber amoureux.

Publicités

Auteur : Lzarama

J'aime la mode, les bons restos, les chats mais ici je n'en parlerai pas. Enfin, je crois.

4 réflexions sur « On refait le match »

  1. C’est marrant comme souvent les films vont par deux. Ca m’a fait cette effet là la semaine dernière aussi avec Camille redouble et du vent dans les mollets. Deux bouteilles à la mer de nostalgie.

    J’avais envie de voir Garden State parce qu’on a tous un grain de folie qu’on arrive plus ou moins à camoufler en se demandant si un jour, il ne va pas finir par pousser nos garde-fous.

    1. Je suis tout à fait d’accord : Camille redouble et Du vent dans les mollets sont deux films qui vont très bien ensemble 🙂 !!
      Et Garden State, c’est tout à fait ça : ce moment gracieux où l’on est en équilibre entre la possibilité d’être soi et l’angoisse que ça peut représenter ! Je te le recommande.

  2. 500 jours ensemble j’avais beaucoup aimé le style surtout, la manière de présenter l’histoire, je ne me souviens plus très bien des détails mais je me souviens aussi que les acteurs m’avaient émues.
    Golden State en revanche je ne connais pas encore, je note donc, je sens que cela pourrait être un film parfait pour un dimanche soir. 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s