Et vous vieillissez avec moi

Il y a ceux qui ne font qu’un bref passage dans nos vies, ceux sur lesquels on tombe par hasard, que l’on rencontre grâce à une connaissance, ou que l’on découvre parce qu’ils sont un peu du même clan que d’autres qu’on aime déjà bien.

Les premiers temps, on devise gaiement, enthousiastes, à leurs propos, on sirote en leur compagnie quelques verres, on partage quelques jours, des impressions, des émotions et puis… ils s’évaporent, disparaissent de l’écran de contrôle.

On se souvient d’eux avec un petit pincement au coeur. Dans la chaleur de la mémoire, sont stockés des images, des mots qui leur sont liés et ressurgissent au moindre battement d’aile qui ramène à eux. Ils ont le privilège d’endosser le statut d’idéaux. Ils sont inoubliables et leur aura embellit souvent au fur et à mesure que s’écoule le temps depuis lequel on les a connus.

Et il y a ceux qui restent, ceux qui traversent les années à nos côtés, qui connaissent leurs hauts et leurs bas et, de fait, les nôtres aussi. Le regard que l’on pose sur eux est patiné par le temps et les expériences vécues ensemble, ou séparément. Leurs silhouettes familières s’intègrent parfaitement à notre décor. Ils ne sont pas plus parfaits que nous, personne n’est dupe, on se connaît trop. Parfois, ils nous déçoivent. D’eux, on attend toujours mieux, sans la clémence qu’on accorde aux petits nouveaux, à ceux qui ne font qu’escale. N’empêche, rien ne peut effacer la tendresse que le poids des années a su tisser. Il y a un fil tendu entre eux et nous, nos parcours se confondent un peu dans le registre de nos souvenirs. On se demande parfois, en sourdine, s’ils continueront à nous tenir compagnie dans le futur… mais on est tellement habitués à leur présence familière qu’on ne voit pas bien comment ce pourrait être autrement.

Je parle de musique bien sûr. Phoenix et les Strokes pour moi font partie du deuxième groupe cité.

Publicités

Auteur : Lzarama

J'aime la mode, les bons restos, les chats mais ici je n'en parlerai pas. Enfin, je crois.

7 réflexions sur « Et vous vieillissez avec moi »

  1. Ca alors, je n’ai pas vu pointer la chute ! J’étais déjà en train de faire le point sur mes amis passé et ceux actuels, tout ça tout ça… petite maligne, bien joué ! Et sinon, eh bien tu as raison, ça vaut aussi pour la musique. Celui qui restera quoi qu’il arrive pour moi, c’est Stéphan Eicher, évidemment.

    1. Eh eh tant mieux !! 🙂 J’aime bien l’idée que ceux qui s’arrêtent par ici mettent le nom des artistes/musiciens qui les « accompagnent ».

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s