Les conseils de Stephen King

ecritureStephen King est un auteur que j’avais laissé dans le sas de mon adolescence. Je crois avoir lu de lui « Carrie » et « Misery ». Ces ouvrages m’évoquent la nuit, un couvre-lit orange à franges, la chaleur de l’été : les conditions dans lesquelles leurs pages ont été parcourues. Je me souviens des téléfilms de 12 heures mal doublés diffusés sur M6,  « ça »  et « les Tommyknockers » entre autres. A l’époque, je le considérais comme un auteur prolifique de bouquins qui filent la frousse.

Le temps vole, comme disent nos amis anglo-saxons…

Je suis entrain de lire « Ecriture, mémoires d’un métier », dont je ne me souviens plus très bien où j’en ai entendu parler. Sans doute à l’atelier d’écriture mais je ne suis plus sûre.

Dans une première partie, Stephen King y raconte son enfance et le chemin qu’il a suivi assez naturellement vers le métier d’écrivain. Dans un second temps, il aborde l’écriture à proprement parler, et ses techniques.

Depuis bientôt six mois, je suis un atelier d’écriture dont l’approche est assez éloignée des techniques de « creative writing » américaine. Le but est d’y travailler avec ardeur sa plume, les propositions sont des challenges et nous nous essayons à des exercices variés mais jamais on ne nous apprend à écrire avec des ressorts pratiques, comme j’imagine que les universités étasunisiennes l’enseignent à leurs étudiants.

Dans cet ouvrage, Stephen King transmet au lecteur passionné ses tuyaux et ses conseils sont plein de bon sens. Il y a des trucs que je prends sans hésiter : il explique que ce qui importe lorsque l’on commence à écrire, c’est la situation et non l’intrigue. J’adhère complètement à ce précepte puisque ce que j’aime et ce que j’écris commence souvent ainsi : une situation. Imaginer que A + B doivent m’emmener à Z en slalomant dans l’alphabet m’ennuie et me bloque. Il mentionne aussi que si l’on souhaite parvenir à ses fins, écrire avec le grand e, il faut se mettre à la tâche 4 heures par jour, réparties entre écriture et lecture. Quatre heures par jour, cela me paraît énorme quand on travaille à côté mais aussi un mal nécessaire.

Je ne suivrai pas à la lettre le dogme King mais je suis certaine que cette lecture va me servir à  :

– arrêter de ma la jouer pauvre malheureuse qui n’y arrivera jamais

– arrêter d’être celle qui observent les autres se draper de leur talent puis, parfois, se rouler dans le succès, en maugréant…

–  entrer une fois pour toutes dans ma caboche (et malgré les conseils avisés d’un entourage qui se reconnaîtra, s’il passe par là) que l’on a rien sans rien et que l’écriture et les projets qui peuvent en découler demandent passion mais surtout DISCIPLINE !!

et tout ceci me fait me dire…

–  que comme M. King, écrire est la seule chose qu’il me semble parfois possible de faire. Je ne prétends pas écrire mieux que d’autres, loin de là, je dis seulement que j’adore ça et que vu que personne ne m’en empêche…

–  qu’il faut que j’arrête de baisser les bras alors qu’ils sont à peine levés, en prétextant qu’il y aura toujours quelqu’un pour faire mieux, quelqu’un de plus jeune, de plus talentueux… Oui, ces personnes existent. Mais elles n’ont jamais représenté une entrave à mes tentatives. L’entrave, c’est moi.

Sinon, j’ai appris que Marie Drucker sortait avec Cyril Lignac. Ca t’en bouche un coin ? Tu le savais au moins ?

Publicités

Auteur : Lzarama

J'aime la mode, les bons restos, les chats mais ici je n'en parlerai pas. Enfin, je crois.

2 réflexions sur « Les conseils de Stephen King »

  1. Je ne connais personne qui a des velléités d’écriture et qui ne patauge pas dans ces doutes, ces complexes, ces découragements… Il faut s’accrocher et s’atteler à la tâche avec rigueur et surtout avec foi. Ou alors, continuer d’écrire en dilettante, sans autre aspiration que celle de ne faire du bien qu’à soi, et renoncer. En ce qui te concerne, ce serait particulièrement dommage… J’applaudis donc tes « résolutions » !

  2. Merci beaucoup pour ce commentaire plein de justesse et pour ces encouragements. MO-TI-VA-TION. Ou comme tu le dis de manière plus « divine » : la foi !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s