Bienveillant(es)

La bienveillance. Une qualité à laquelle j’accorde, en prenant des années, de plus en plus d’importance. Jeune, je lui préférais la confiance en soi, l’aplomb. J’observais avec intérêt et envie ces gens que rien ou presque ne semblait destabiliser et qui partaient bille en tête mener leurs projets et exposer leurs idées à la face du monde.

Et puis, je me suis aperçue que même ceux-là parfois trébuchaient ou bien que leur orgueil les empêchait de discerner le bon du mauvais, bref que leur brillante qualité n’était pas toujours le garant de leur bonheur.

Maintenant, je lui préfère la bienveillance, cette qualité si belle peut-être parce qu’elle est tournée vers l’autre. Je crois que de bienveillance, je suis cernée. Ma petite famille si aimante, mes chers et tendres amis si encourageants, toi, toi, toi, toi et toi là que je ne connais pas (encore), vous me laissez souvent des petits mots qui réchauffent et qui aident à avancer.

Je suis un peu perdue sans ma séance d’atelier d’écriture hebdomadaire. Ma plume a un peu de mal à trouver sa voix, sans guide, sans démarreur. Je tente d’avancer privée de béquilles. C’est à la fois difficile et stimulant. J’ai hâte qu’en septembre, les sessions reprennent. Ce sera l’un des réconforts à avoir les vacances derrière soi.

J’aurai toutefois, je le sais, un peu de mal les premières séances car ce ne sera plus la même personne qui accompagnera mon écriture. C’est le jeu. Mais Frédérique me manquera. C’est à elle à laquelle je pense aujourd’hui en vous parlant de bienveillance.

Frédérique a un métier prenant en dehors de son rôle au sein de l’association, où elle anime un groupe trois heures par semaine et des ateliers courriel pour ceux qui n’ont que trop peu de temps ou qui ne sont pas parisiens. Elle trouve donc du temps, de l’énergie et de la bienveillance pour tous les textes qui lui sont soumis et les personnalités qui les produisent.

J’ai beaucoup avancé ces derniers mois, moi qui doute tant, grâce au soutien et à la bienveillance de Frédérique et de toi, et toi, et toi et même de certains qui ne lisent pas ces lignes. Ce billet pour dire « tout fort » merci. Grâce au carburant que vous me procurez à coup de petits mots, je progresse doucement. Et je vous le promets, comme je me le jure à moi-même, je ne vais pas m’arrêter là.

Publicités

Auteur : Lzarama

J'aime la mode, les bons restos, les chats mais ici je n'en parlerai pas. Enfin, je crois.

8 réflexions sur « Bienveillant(es) »

  1. Coucou, tu vois malgré l’heure tardive je passe par ici. Tu as sans doute besoin
    d’un break. Chance, tu pars bientôt aux E.U.Une occasion peut-être de te renouveler ?
    Sois aux aguets, sois une prédatrice, les sujets d’inspiration sont partout, même quand ils paraissent insignifiants.
    Je te fais un courriel à ce sujet très vite et sois en sûre, je ne vais pas te lâcher
    comme ça 😉
    A bientôt !.

    1. Oui, j’ai sans doute besoin de recharger la machine et tu as raison, tout est inspirant, c’est à moi de saisir ce qui m’importe dans ce vaste monde 😉

  2. Mais, et Jonathan Littel dans tout ça ? (en attendant ton opus, chère Elsa, je me suis plongé dans ce bouquin…). Bienveillamment votre,

  3. Quel beau thème que la bienveillance! C’est réellement l’une des attitudes les plus généreuses qui soient, l’une des plus douces manières de donner de l’énergie.
    Je te souhaite le meilleur, laisse se ressourcer ta plume 🙂
    Bon voyage!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s