Un souvenir

Il y a sur le buffet aligné des cadres de différentes tailles. Chacun recèle un cliché de la vie de la famille. Le cousin Marc tout petit, les trois sœurs aux nattes bien serrées, la remise de diplôme d’Yves… Leur histoire commune s’aligne sur le bois patiné, en formats variés. C’est une frise bien propre racontant les étapes de leurs vies, le lien fièrement tissé ensemble, à l’épreuve du temps.

Esmé la balaie du regard, elle s’amuse à la lire en marche avant puis à remonter le temps. Elle a vu mille fois ces images. Elle apparaît sur les trois dernières, celles les plus près de le porte de la cuisine, celles posées en dernier. Le cadre qui a sa préférence a toujours été le doré dont elle pensait, enfant, qu’il était précieux de par sa couleur et qui conserve sous son verre piqueté l’image de ses grands-parents dans leurs lourds habits de mariés.

La pendule sonne. Esmé sursaute et se retourne brusquement. Etre seule dans le salon de sa grand-mère lui est inhabituel. Elle est entrée sur la pointe des pieds, a fait le tour de la grande table en merisier, a caressé du bout des doigts la courtepointe qui couvre le dossier de la chaise sur laquelle, chaque soir, son aïeule s’assied. Elle a observé ce décor, digne d’une maison de poupée et s’est fait la remarque que personne ne vit plus dans un endroit comme celui-là.

Elle a vu les photos mille fois mais les a-t-elle vraiment toutes bien regardées ? Elle leur jetait un regard, enfant, trouvant une échappatoire face à celui de l’autorité, riant des accoutrements de ses grand-tantes, des tabliers, des tresses d’un autre temps. Elle les voyait entre deux clignements, les paupières lourdes de sommeil, quand elle leur faisait face, droite sur la chaise lors d’interminables dîners mondains orchestrés par sa grand-mère.

Il y en a une douzaine environ mais elle se fait la remarque de ne se souvenir que de la moitié : celles où elle apparaît bien entendu, les trois sœurs, la remise du diplôme de son frère, le couple de jeunes mariés surtout à cause du cadre brillant. Elle ne se souvient pas de la photo un peu en retrait sur laquelle un jeune homme, pas le jeune marié, pas son grand-père, un autre, en uniforme, prend une pose artificielle, souriant de toutes ses dents à l’appareil. Ses bras croisés avec aplomb, sa jambe gauche en appui sur un rocher… Il ne lui dit rien, ne ressemble à personne de sa connaissance. Encore derrière lui, une photo plus surprenante emporte son attention. Celle d’une jeune femme dénudée dont le corps fait face à l’objectif alors que son profil se dérobe. Sa poitrine menue est cachée par un chapeau noir qu’elle tient des deux mains. Esmé reconnaît sa mère. Elle déplace délicatement, le moins possible pour éviter les preuves et la poussière, les autres cadres, pour se saisir de celui-là. Sur la photo, sa mère porte des petites lunettes rondes cerclées d’or. Esmé les a gardées. Elle est encore très jeune, comme elle s’est figée dans sa mémoire. Les lunettes sont un fragment de cette mère évaporée. Esmé les revoit nettement, posées sur la table de chevet du lit qu’elles partageaient toutes les deux, dans la maison.

Fillette, elle se revoit aussi tâtonner le matelas pour vérifier l’absence du corps de sa mère. Elle se penche pour renifler son odeur encore présente, elle serre de ses petits bras potelés l’oreiller qui sent si bon. Un mélange de musc et de tabac. Aucune autre maman n’a ce parfum-là. Elle bondit du lit, descend pieds nus les grands escaliers cirés de la jolie maison parfaite de sa grand-mère et crie « Maman, maman, maman ! », au risque de se faire houspiller. L’excitation cède vite la place à la crainte : aucun écho ne retentit. Elle pousse de toutes les forces d’une enfant de six ans la porte de la cuisine, où elle trouve d’habitude sa mère en chemise de nuit, la tête embrumée, plongée dans un bol de café. Personne. La maison est vide, hier comme aujourd’hui.

Le corps d’Esmé est parcouru d’un frisson, voilà longtemps qu’elle n’avait pas songé si clairement au matin de la disparition. Elle s’étonne encore un peu que le souvenir en soit si précis, si vif, si douloureux. Elle a presque trente ans, maintenant.

Esmé emporte la photo chez elle et ouvre, le soir, avant que ne rentre son mari le coffret où sont rangées les lunettes cerclées de doré, quelques coupures de journaux et deux bagues. Elle y glisse la pièce supplémentaire de son butin.

Le soir, allongée dans l’obscurité, elle songe à ce qu’aurait été son enfance si sa mère l’avait emmenée. Elle imagine la vie dans une roulotte peut-être ou bien transbahutée d’appartements sordides en squats bizarres, au gré des amours et des contrats de cette mère fantasque. Elle s’est joué ces films tant de fois, déjà.

Au lieu de ça, elle a vécu une enfance aux contours rectilignes auprès de sa grand-mère. Les vêtements propres, bien repassés, le velouté de cresson tous les dimanches soirs, les parties de backgammon avec les vielles tantes solitaires, la bonne éducation, le tictac de la pendule, l’ennui.

Georges veut un enfant. Esmé ne sait pas. Sa grand-mère lui répète qu’il n’y a rien de mieux à faire.

Esmé rêve de paysages qu’elle aurait découverts, d’ambiances de coulisses, de bars la nuit, sent même sous ses reins le skaï de la banquette sur laquelle, petite, elle aurait pu dormir, tapie un niveau en dessous des rires et des volutes de fumée, une petite main agrippée au tissu soyeux de la longue jupe de sa mère. Elle la voit si belle, si originale, lever les yeux de la machine à écrire, ses petites lunettes sur le bout du nez, lui adressant un regard baigné d’amour avant de retourner à ses affaires, lui envoyant des mots tendres et des baisers dans l’air. Esmé s’agite : cette scène s’est-elle seulement une fois passée ? A côté d’elle, le ronflement régulier de son mari la sort de son demi-sommeil. Elle se tourne vers lui, chatouille sa moustache, se sert contre son corps bien chaud pour tenter d’oublier, de revenir dans l’ici et le maintenant.

Esmé, cette nuit-là, ne dort pas.

Lorsque Georges est parti travailler, elle retourne ouvrir le coffret dans la buanderie et regarde encore la photo, la nudité de sa mère masqué par le chapeau, son profil tourné vers ailleurs, déjà. Alors, elle se dirige vers sa coiffeuse, attache à moitié ses cheveux, passe sa chemise de nuit par-dessus sa tête et chausse les petites lunettes dorées. Ele jette un œil timide dans le miroir. Elle tourne un peu la tête mais pas trop pour se voir encore ; comme elle n’a pas de chapeau noir, elle cache juste le bout de ses petits seins avec ses mains.

La sonnerie du téléphone retentit. Esmé se lève et va prendre le combiné posé sur la table de chevet.

       –   Esmé, chérie, dit sa grand-mère après quelques échanges d’une conversation d’usage, il y a un cadre sur le buffet qui a disparu, y crois-tu ?

Esmé n’enchaîne pas tout de suite, elle laisse à sa grand-mère le temps d’ajouter quelque chose peut-être. Mais les deux femmes restent silencieuses.

       –  Non, êtes-vous sûre ? Et lequel, grand-mère ?

       –  Oui, Esmé, bien sûr que je suis sûre…

Un léger blanc de nouveau.

       Après tout, poursuit la vieille dame, ça n’a pas tant d’importance, ne t’en fais pas mon enfant.

Et elles concluent en convenant d’une date à laquelle Georges et Esmé viendront déjeuner. Maria fera du gigot si Georges aime toujours cela, évidemment.

Esmé raccroche et réalise qu’elle a froid, presque nue, assise-là et qu’elle serre toujours la photo très fort dans l’une de ses deux mains.

Publicités

Auteur : Lzarama

J'aime la mode, les bons restos, les chats mais ici je n'en parlerai pas. Enfin, je crois.

6 réflexions sur « Un souvenir »

  1. Mon Elsa ton texte m’a donné la chair de poule tant je l’ai trouvé émouvant.
    Délicatesse et pudeur sont en effet les mots qui viennent à l’esprit.
    Merci pour ces jolies émotions ♥

    1. Oh Anne ! Ton commentaire est un privilège… je crois que j’écris surtout pour cela : avoir le bonheur de partager une émotion… Je vais continuer d’essayer.

  2. Je suis tellement d’accord avec les commentaires précédents ! Pudeur, délicatesse mais surtout maîtrise du style. Je te retrouve pleinement et j’en suis vraiment heureuse. L’art de conter, toujours sous ta plume.
    Je t’envoie un MP plus détaillé dès que je peux.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s