De la légéreté

– Voilà… Et sinon, toi, ça va ?

Son regard répond : alors, tu m’as fait venir pour ça, vraiment ? Elle ne lit rien dans le sien en retour, rien d’autre que le suspens laissé par la question stupide.

Elle hésite à rompre le silence, avant que lourd, long, il ne s’étire de trop et ne prenne toute la place entre eux, en dépit du brouhaha du café. Elle porte son verre de vin à sa bouche, laisse le liquide humecter ses lèvres, l’incline légèrement pour qu’un peu du breuvage se pose sur sa langue, en prenant le temps.

Il n’a rien compris. Elle est froissée et il ne cherche pas à reprendre la conversation, il ne s’en sent pas la force, il ne sait pas comment.

Sans le vouloir, nerveux, il donne un léger coup dans la mallette souple en nylon gris bleu, posée à ses pieds, marquée du logo de la grande entreprise pour laquelle il travaille. Il y occupe un bon poste de cadre, un de ces jobs pour lesquels il serre le matin le noeud d’une cravate face à son reflet sérieux dans le miroir de la salle de bains. Il en bave là-bas certains jours mais il est content de son sort.

Les délires de Marjorie, il ne les comprend plus.

En arrivant, il l’a vue assise là, à la table de ce troquet et elle n’avait pas changé : les cheveux mi-longs épais  et emmêlés, les prunelles noires, le pull et les bouloches, le jean en velours milleraies, les bottines un peu sales , tout lui est revenu comme s’il était tombé par hasard sur une photo du passé, intact instantané de l’époque où ils passaient d’interminables après-midis à partager des demis dans les bars puis à emmêler leurs corps dans les draps un peu sales du clic-clac de leurs chambres de bonnes.

C’était il y a longtemps mais il reconnaît ses petits gestes de rien, la façon dont elle repousse la mèche qui revient, à intervalles réguliers, barrer son front, la manière dont elle croise deux fois les jambes, à hauteur des genoux et en passant le pied derrière le mollet, toujours du même côté et son petit air buté.

Déjà, Marjorie était en colère. Alors, elle lui avait transmis ce feu. Un temps, ensemble, ils en voulurent au monde et ils en redessinaient les contours à coups de projets dingues. Il aimait sa fougue, cette rage le transportait et lui donnait une force supérieure dont il s’était avant senti incapable. Elle avait trouvé un acolyte suspendu à ses lèvres, rivé à son corps, prêt à tout pour elle et de fait, en filigrane, pour ses combats.

Cela avait duré un peu et puis, un jour, Thibault avait contracté un crédit.

Il avait décidé d’entrer en école de commerce. Marjorie avait fait une scène qui avait duré huit jours et cet épisode avait marqué le début de la fin de l’histoire. Il avait eu beau tenté de la convaincre que le monde, il le changerait de l’intérieur, que c’était peut-être beaucoup plus malin comme ça, elle n’avait cessé de lui opposer son fameux air buté. Il s’était accroché. Il n’avait pas tout de suite compris qu’il ne pouvait aimer Marjorie sans embrasser dans le même temps l’ensemble de ses idéaux.

Un soir tard, il l’avait retrouvée tremblante dans le clic-clac avec un de leurs amis, elle en rajoutait même pour qu’il comprenne une fois pour toutes que c’était fini.

Les années avaient passé et Thibault allait épouser la jolie Claire. Il souhaitait inviter Marjorie à la cérémonie. C’était un peu bizarre, presque de mauvais goût mais la tendresse aussi confuse qu’infinie qu’il gardait envers ce premier amour dépassait cela. Et puis il savait que Marjorie et lui, cela n’aurait jamais marché. Cela l’aidait à effacer le scrupule surgi au moment où Claire avait pointé ce nom inconnu sur la liste des invités. Il s’était imaginé retrouver une Marjorie toute différente, comme si un millier d’années s’était écoulé, une Marjorie aux contours plus nets, peut-être à la vie rangée. Ils auraient discuter avec un brin de nostalgie des années envolées, lui, sa fiancée, ses projets et son costume, elle et… elle…

Pour Thibault, Marjorie est la même hier et aujourd’hui. Il n’est pas idiot mais il préfère ignorer le chemin qu’elle a parcouru. Thibault la voit mais ne la regarde pas, pas plus qu’il remarque le timbre désormais un peu voilé de sa voix. Elle était allée au rendez-vous presque joyeuse, crédule comme lui.

Après quelques échanges, leurs illusions ont pris des directions contraires… Elle n’avait pas oublié ce garçon qu’elle avait aimé, qui l’avait déçue, quitté avec fracas pour l’éloigner le plus vite possible. Il la recontactait des années après. Elle est rêveuse de nature et, à ce moment-là, ne va pas vraiment bien…

Elle penserait que les années l’avaient rendu bizarre, méchant. Il l’a fait venir pour un peu se moquer d’elle, l’inviter à son mariage…

Thibault et Marjorie quittent le café quelques minutes plus tard. Sans trop se regarder, ni rien se dire de plus, ils partent dans des sens opposés. Ils auraient pu tomber d’accord sur le fait que ça les arrange bien.

 

Publicités

Auteur : Lzarama

J'aime la mode, les bons restos, les chats mais ici je n'en parlerai pas. Enfin, je crois.

2 réflexions sur « De la légéreté »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s