Humeur

IMG_2848

Aujourd’hui, au téléphone, quelqu’un m’a demandé :

– Alors, comment va la mère de famille ?

La question m’a laissée pantoise, provoquant profond à l’intérieur une espèce de révulsion capillaire. Pour être tout à fait juste et donner un peu de contexte à l’anecdote, je dois signaler que je n’ai pas d’affinité particulière avec celui qui prononça ces mots. Oui, c’est un homme. Pourquoi cette question a-t-elle provoqué mon courroux ?

Entendons-nous bien : j’aime mon fils entièrement, profondément, viscéralement et j’aime aussi le nouveau rôle aux responsabilités vertigineuses qu’involontairement il m’a fait endosser. Parent. Maman. Je ne veux pas accélérer le temps et profiter de maintenant mais au fond, là, dans le ventre, je sais que ça tremblera la première fois qu’il le prononcera. Maman.

Alors, qu’est-ce-qui me pose problème avec cette petite phrase a priori anodine ? Mère de famille, c’est affreux, c’est tout. Il aurait tout aussi bien pu demander « Comment va la ménagère de moins de cinquante ans ? ». L’effet sur moi aurait été similaire. Est-ce que je lui demande, mielleuse, comment, lui, il va monsieur la mari de machine, s’il est en forme, lui, le père de truc ? Non. A ceux qui pourraient penser que je m’enflamme trop vite, je veux seulement dire ce soir que résumer qui que ce soit à l’une de ses fonctions, aussi belle et passionnante soit-elle, est un tort. Nous sommes tous des mosaïques, tour à tour ami, amant, copain, compagnon, collègue, frère, soeur, à un moment, dans un décor, fort et puissant, à un autre fragile et sensible…

Cette façon réductrice de catégoriser les gens me paraît une façon bien pauvre de penser. Qu’en 2014, alors que je travaille à temps complet, que j’essaie de m’investir pleinement dans chaque compartiment de ma vie, où pour être heureuse j’ai besoin d’être passionnée, où la famille n’a plus une seule façon de se raconter, je n’accepte pas d’être ainsi réduite.

La prochaine fois, je vous raconterai la suite de la conversation, toute aussi gratinée. Ou bien simplement, je passerai à autre chose parce que ce genre de remarque n’en vaut pas trop la peine.

Publicités

Auteur : Lzarama

J'aime la mode, les bons restos, les chats mais ici je n'en parlerai pas. Enfin, je crois.

5 réflexions sur « Humeur »

  1. Tellement juste comme remarque … après, sans connaitre la suite de la discussion, on pourrait penser à une personne timide cherchant très maladroitement à ouvrir la conversation …
    Quoiqu’il en soit, il est toujours fort désagréable d’être considéré comme « celle ou celui qui … » plutôt que pour la personne qu’on est.
    Reste à cette personne à ne pas s’enfermer dans non plus dans ce rôle, dans cette fonction et ne pas oublier qui elle est, même si ses priorités ont évoluées.

    1. Exactement… En ce qui concerne le trait de caractère de la personne en question, si j’avais pu mettre cela sur le compte de la timidité, je pense que j’aurais été plus clémente, non vraiment ce n’était pas le cas ! 🙂

  2. J’ai vécu la même chose, ressentis la même chose et ce qui m’a mise en colère, c’est le ton narquois de la question en rapport avec ma condition de free lance travaillant chez elle et s’occupant de son bébé. <>… Je la cotoyais depuis une dizaine d’années. Une femme … Donc, je te comprends et j’abonde.

  3. Désolée, ce qui était tapé entre <> a été « sucré » je ne sais comment. En gros, cette personne se félicitait que j’aie de quoi « m’occuper » ( enfin ) allant jusqu’ à terminer son discours par <> .

  4. … par  » ah, oui, tu travailles… Tu fais quoi, au juste ?. » ( Rebelote pour le « sucrage » dus à mon impatience, ma distraction et au chat qui fout le bazar aujourd’hui ).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s