Le souffle

J’ai offert à une amie un livre que j’ai lu après et qui ne m’a pas emballé. J’ai été déçue peut-être surtout par le fait que j’avais fait un cadeau qui n’était pas à la hauteur de nos exigences de lectrices.

C’est à ce genre de réactions que je mesure vraiment comme j’aime lire, à quel point c’est important.

Cette semaine de vacances au pays du rien foutre m’a permis cela : avoir le temps de lire, de plonger profond entre les mots.

D’abord, j’ai dévoré ce qui me restait à lire de la Grâce des brigands de Véronique Ovaldé. Je découvrais l’auteur, j’étLa-grace-des-brigands-de-Veronique-Ovalde_visuel_article2ais sceptique (mon attitude un peu poseuse en général face aux écrivains nationaux), il faut dire que j’avais été très déçue par une autre Véronique O(lmi), les associations d’idées que voulez-vous… mais le titre un peu poétique m’avait convaincue de m’y risquer.

La Grâce des brigands est son dernier ouvrage en date. C’est une histoire de perdants magnifiques, un portrait de femme brossé en nuances et par petites touches, une écriture légère ou grave, toujours séduisante comme Maria-Christina, l’héroïne de ces pages.

une-fille-qui-danse-de-j-barnes-932993288_MLPuis j’ai enchaîné sur un inattendu : en arrivant et vidant mon sac de voyage, je retrouvai au fond, dans une espèce de poche cachée, Une fille, qui danse, un roman laissé là, acheté dans un Relay un jour de départ, dans une gare ou un aéroport je ne sais plus, acquis à cause de cette inquiétude stupide qui me saisit chaque fois que je pars, même peu de temps : aurai-je suffisamment de lecture ? Une fille, qui danse (dont le titre en VO est nettement meilleur et ne dit pas du tout la même chose : The sense of an ending, beaucoup plus british, non ?) m’attendait là.

De Julian Barnes, j’avais un beau souvenir de son Love, etc… Là aussi, j’ai pensé à un autre auteur, Philip Roth en l’occurrence… Le héros ici, dont je ne me souviens déjà plus du nom, est une sorte de Monsieur Tiède. Il se retourne sur un événement de sa jeunesse grâce à un héritage inattendu. Le temps écoulé apporte un éclairage neuf sur le passé et le récit est un arc entre les deux âges d’un même personnage, ses sentiments, sa vision. Une fille, qui danse montre avec justesse le poids de l’interprétation dans les événements de l’existence, qu’on soit jeunes ou un peu moins.

lechardonneretEt puis, enfin et toujours en cours, celui qu’il était fou d’emporter dans ses bagages, celui qui a composé 99% du poids de mon sac de plage : Le Chardonneret de Donna Tartt. Un pavé, une brique. Mais voilà, acheté peu de temps après sa sortie, chaudement recommandé par des gens de goût, j’en repoussais depuis trop longtemps la lecture. Il y avait eu le congé maternité et cette impression que c’était trop en demander à mes derniers neurones vaillants, puis la reprise du travail… Trop de semaines écoulées. C’était tellement mieux de le commencer en ayant un peu le temps, de se faire happer dans de bonnes dispositions, un peu plus confortablement installée que dans la rame d’un métro… Alors, peut-être n’était-ce pas le meilleur choix juste après les événements à Paris (le Chardonneret démarre par un attentat meurtrier) mais vite, la puissance et l’opulence de la narration offerte par l’auteur m’ont emportée. Donna Tartt a mis dix ans à écrire cet ouvrage… et je pense finalement que ce n’est pas tant que ça au vu de la somme monstrueuse de détails, de tiroirs dans l’histoire qu’elle fournit, faisant de la vie du jeune Theo Decker une épopée contemporaine. Je ne sais pas encore si j’adore mais je suis fascinée par l’objet créé. Je salue d’ailleurs le travail de traduction d’un tel Everest de mots.

Voilà, j’ai toujours peur d’écrire ce que je pense des livres, des critiques. Je crains de m’apercevoir que je n’ai pas compris, que ma vision est erronée. Mais ils m’ont fait tellement de bien que je leur dois bien cette fois la plus modeste forme d’hommage.

Publicités

Auteur : Lzarama

J'aime la mode, les bons restos, les chats mais ici je n'en parlerai pas. Enfin, je crois.

2 réflexions sur « Le souffle »

  1. Très bon livre, en effet, La grâce des brigands. Une découverte aussi pour moi.
    Une écriture originale et le travail de l’auteur qui transparaît…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s