Paris St Malo Cabourg Paris

Paris, ma jolie,

Quand je descends du train le dimanche soir et qu’une odeur de pisse affole mes narines, que je dévale les escaliers pour manquer tomber, à ses pieds, sur une pauvre petite souris crevée, quand à 20h35 l’entêtant parfum de la beuh se répand dans les couloirs de la Gare Saint Lazare, je suis un peu lasse, tu vois. Tu dois être vraiment spéciale pour que je t’aime encore malgré ça et le poids des années.

Depuis deux week-ends, le sable, le soleil et la mer me draguent avec ardeur. Cette fois-ci, ils se sont surpassés : à Cabourg, ils ont sorti leurs grands chevaux, lancés sur la plage au galop…

Pourquoi reviens-je toujouCabourgrs me réfugier auprès de toi ? Qu’est-ce-que tu as que le bord de mer n’offre pas ? S’il fait les vagues, toi tu bous.

Tu palpites, tu vibres et moi avec toi. Tu es le coeur d’où vont et viennent tant de liaisons, la terminaison de beaucoup de crises de nerfs…
En parlant de sable encore, toi qui n’en connais qu’en bac, je me rappelle ces cabanes un peu perdues, cachées, à Cape Cod, des résidences artistiques au milieu des dunes immenses. Je m’y suis imaginée y passer des jours entiers mais toujours comme des parenthèses, pour te quitter puis mieux te retrouver.

Tu vois, je ne suis jamais plus inspirée qu’à observer minutieusement la scène que tu offres aux théâtres de nos vies, multiples et trépidantes.

Ce soir, à la télé on parlait de toi et de ton ascendance royale. J’admirai ton architecture et je perçus devant les belles images l’immense privilège qu’elle soit un décor familier. Pourtant, je fus surtout émue par tes hommes, un en particulier, le monsieur très très poète qui, au jardin des Tuileries loue du vent à des enfants (2 euro les 20 minutes tout de même). C’est bien la seule personne sur Terre qui fait commerce du vent sans se moquer de personne le moins du monde.

J’ai les yeux qui ont cillé et je suis certaine pourtant de m’être débarrassée de tous les grains de sable.

Paris, je suis toujours là, tu vois, il me semble que ce n’est pas encore fini entre toi et moi.

Publicités

Auteur : Lzarama

J'aime la mode, les bons restos, les chats mais ici je n'en parlerai pas. Enfin, je crois.

4 réflexions sur « Paris St Malo Cabourg Paris »

  1. Paris est une amoureuse insupportable mais que l’on ne parvient pas à quitter. Elle est sublime mais a l’hygiène la plus douteuse qui soit, est d’une rudesse et d’un impolitesse incroyables.
    Oui mais voilà, elle a une lumière qui me fait fondre à chaque fois que le soleil tombe sur de la pierre de taille ; elle cultive ses jolis endroits secrets comme personne et elle me dit qu’elle m’aime chaque fois que je prends le temps de m’y promener.
    Certes insupportable, mais surtout une amoureuse….
    Des bisous mon Elsa!

    P.S: et moi qui suis triste pour la pauvre petite souris morte… je vais me soigner 😉

    1. Je ne te surprendrai pas en te disant que j’ai eu, à sa vue, le coeur serré… Merci pour ton joli commentaire, je ne suis pas étonnée de constater que l’on partage de communes ardeurs 😉 Je t’embrasse

  2. Paris la belle
    Paris la brune Paris la blonde
    Paris canaille Paris la brute
    Paris asphyxiée Paris étranglée
    a quand Paris libérée ?
    A bas la pollution pour nos bicous😖
    Bisous les bicous 😍

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s