Living ULTRALIFE

Je ne suis pas une fan girl. Mais quand j’aime, c’est pour de vrai.

En 2015, j’ai découvert Oh Wonder. Je ne sais plus comment, sans doute en lisant une critique dans l’une des bibles du bon bobo, Télérama, je crois. Une jolie chronique, les portraits bien croqués d’un duo enchanté, la promesse d’une pop stylée : il ne m’en fallait pas davantage pour avoir envie de succomber.

Du miel, du sirop, de la douceur soit mais aussi suffisamment de caractère. Je crois avoir commencé à me délecter de leurs sons avec Livewire :

Et puis il y a eu Drive, Lose it, Without You (leur plus gros hit à ce jour sans doute ?), White Blood… J’ai aimé les voix en choeur, les mélodies, le charisme évident – le minois à la Hepburn de Joséphine, la carrure de super héros d’Anthony…- et leur manière de raconter leur musique.

Pour le premier album, ils ont commencé à enregistrer et diffuser, sans encore de label, un titre par mois dès septembre 2014, formant un album complet un an plus tard. Stratégie marketing ou démarche artistique ? Peut-être un peu des deux ? Les sites musicaux où l’on parle d’eux ne me le disent pas. En tout cas, ce choix s’est avéré payant, le buzz enflant sûrement autour de leurs compositions.

Un brin soporifique pour certains, follement romantique pour d’autres, il n’empêche qu’avec douze titres, ils ont réussi à tourner autour du monde, à vivre leur révolution en à peine deux ans.

Fin mars, nouveau cycle, ils annoncent un deuxième album et commencent à en partager de premiers extraits. C’est un peu moins sirupeux dans l’ensemble mais ma préférence parmi les trois titres aujourd’hui disponibles va à celui qui m’émeut, me touche, fait vibrer quelque chose là, au fond, tu vois… il est l’un de ces genres de chansons à cause desquels je ne pourrais me passer de musique, parce qu’elles rendent un peu rêveur et mélancolique, qu’elles transportent, qu’elles effacent tout le reste… même si c’est seulement pour 4 minutes 54 secondes.

Leur nouvel album s’appelle ULTRALIFE et je crois qu’ils n’ont pas fini de me plaire, eux, leur petite musique et l’histoire qu’ils tissent autour…

Je ne suis pas une fan girl mais j’aime vraiment Oh Wonder.

Intime conviction (2)

Héloïse

Quand Maman nous a annoncé qu’elle avait pris la décision de se faire opérer, nous avons d’abord pensé qu’elle plaisantait.

Je me souviens très précisément de la scène. Nous étions dans la cuisine, elle préparait le dîner, Joachim faisait ses devoirs, Papa avait ouvert la porte du frigo et cherchait un truc à grignoter, j’étais accoudée au bar à scroller mon fil Instagram. Elle s’était tournée vers nous, une cuiller en bois à la main et avait déclaré qu’elle avait décidé de se faire raccourcir le nez. Joachim avait levé son stylo et planté ses yeux écarquillés dans les siens et Papa était resté bloqué devant la porte béante.  Il y avait eu un silence. Puis Papa s’était approché d’elle, avait subtilisé la cuiller en bois et, en la pointant vers son nez, s’était écrié: abracadabra ! Joachim avait ri, soulagé. Maman avait haussé les épaules, rattrapé la cuiller puis s’était retournée vers la cocotte posée sur le feu. J’avais alors pressenti que c’était sérieux.

Pendant des jours, nous n’en avions pas reparlé. Ses mots flottaient dans l’air, je les entendais de nouveau quand j’apercevais son profil et tout son corps penché vers le miroir, le matin en passant devant la salle de bains entrouverte. Elle se préparait après nous et souvent je saisissais cet instant où elle faisait glisser le gros pinceau, plein de poudre, d’un geste délicat sur les contours de son visage. Je les réentendais le soir, au moment du dîner, quand elle s’asseyait à côté de moi et qu’elle souriait distraitement aux blagues de Joachim et de Papa. Je les entendis encore une fois vraiment quand elle employa un jour au cours d’une conversation téléphonique avec une amie,  peu de temps après, le terme chirurgical : rhinoplastie.  Je crois que ce fut là que vraiment, je compris.

Faire raccourcir son nez. Maman était Pinocchio. Une rhinoplastie. Maman était un corps endormi sur une table d’opération.

Continuer à lire … « Intime conviction (2) »

J’ai lu la petite femelle

Hier soir, j’ai refermé la petite femelle, dernier ouvrage de Philippe Jaenada. Je suis encore émue et un peu triste.

J’ai lu ce livre à un rythme particulier, dévorant ses pages un jour, m’arrêtant à chaque phrase le suivant. Une fois, je l’ai oublié sur le caisson de mon bureau un vendredi soir, le drame. Souvent, il a pesé lourd dans mon sac et parfois je l’ai lu debout dans le métro alors qu’il pèse sept-cent pages.
Je n’avais pas envie de quitter Pauline même si l’issue était absolument inexorable (la fin du livre comme son destin tragique). Par-delà le temps, Philippe Jaenada a fait un cadeau précieux à cette femme originale, incomprise et mal aimée en lui offrant toute entière son empathie et son talent. Grâce à lui, j’ai fini par l’excuser d’avoir occis Félix. Je suis certaine que je ne suis pas la seule.
Je ne connaissais pas l’affaire Pauline Dubuisson. Pour moi, Pauline est née à travers le formidable travail de réhabilitation de Philippe Jaenada. Je ne l’ai pas découverte ensevelie sous l’opprobre de la meute cruelle (waouh ça fait dramatique comme tournure, mais franchement c’est bien de cela qu’il s’agit) mais à travers les yeux tendres et compréhensifs de l’auteur. Philippe Jaenada a voulu comprendre Pauline et nous  embarque avec lui.
Si, simple lectrice, j’ai eu du mal à conclure l’histoire, je me suis demandée comment l’auteur, l’enquêteur, le spécialiste ès-fouille méticuleuse de la vie de Pauline, chasseur de vérité, pourfendeur de conneries et de clichés, lui, a pu la quitter.
En fait, ce qu’il ressent lorsque cela s’arrête ressemble plus à du soulagement qu’à une peine de coeur. Malgré sans doute l’émotion intense,  ce fil tendu entre le passé et le présent, il s’est livré à un travail, à une somme monstrueuse de travail pour atteindre son but. C’est finalement plus simple d’en finir. C’est un ballon coincé à l’intérieur qui se dégonfle. Ouf, il respire.
Philippe Jaenada aime Pauline à sa façon, j’en suis certaine. A la fin, toute fraîche dans ma mémoire, il dit que malgré tout ce qu’il a appris à son propos, certaines choses lui échapperont à jamais, comme le son de sa voix. Moi, la voix de Pauline je l’imagine un peu rauque et grave.
Pauline, à travers lui,  est devenue dans ma tête une sorte de Katharine Hepburn. Katharine Hepburn a  écrit une lettre à Spencer Tracy des années après sa mort. Il y a des choses qui ne s’oublient jamais et méritent d’être dites, même si l’on sait qu’il est trop tard. Comme Philippe Jaenada l’a fait avec Pauline.

pauline andrée dubuisson
Pauline Andrée Dubuisson
Je lui dis merci pour elle mais aussi merci pour moi et les femmes dans mon genre. Je suis née forte, assez libre et parfois inconséquente. Je n’ai jamais payé cher le fait de n’en faire qu’à ma tête quand l’envie m’en a pris. J’ai toujours essayé d’être consciente de cette veine et qu’il n’y a pas si longtemps, ce n’aurait pas pu être si simple. Son ouvrage me l’a encore rappelé.
Cela va bien à Philippe Jaenada de s’intéresser aux autres. Il y a des années, je l’avais découvert dans le registre de l’auto-fiction avec le Chameau Sauvage puis Plage de Manacorra, 16h30, il m’avait séduite par son ton personnel, drôle, absurde et attachant. Il m’a conquise de nouveau :  Philippe Jaenada parle aussi très bien des autres, avec une distance respectueuse et suffisamment d’humour et de tendresse pour aider à faire passer les pires des pilules.

Le parfum du désespoir

Je trouve que dans l’air flotte depuis des semaines un parfum de désespoir. Une odeur tenace dont on ne se débarrasse pas vraiment.

Sous l’eau, je frotte fort ma peau, dehors je marche plus vite que d’habitude, je cours même parfois pour échapper à ce relent nauséabond.

J’ai envie de gaieté, de douceur, de baisers, de caresses, d’être légère comme une bulle de savon, rose, jaune, verte ou translucide et que l’on brille, brille, juste un court instant, au firmament.

Parfois, des moments surgissent, surprenants, impromptus, je les partage avec mes acolytes. Ainsi, ensemble, nous faisons la nique à ces ondes sombres.

Le rire, le bonheur, l’amour, les mots deviennent soudain encore plus urgents, indispensables et tant pis pour la couleur des lendemains.

C’est une danse, un ou deux verres de vin, un mot plus doux que d’habitude, une conversation, quelque chose qui se passe, se dit, s’entend et se dénoue enfin. Une seconde, une minute, une heure, une nuit… pop !

Puis, cela s’arrête, le cours des choses reprend, je sens de nouveau autour de moi le parfum. Il s’immisce avec le flot quasi incessant des nouvelles, terribles vagues noires, et j’ai envie de me boucher les oreilles pour ne pas savoir comme le monde va mal. Pourtant, j’écoute discourir les gens les plus intelligents bardés d’autant de théories pessimistes que de titres ronflants et mon coeur saigne un peu.

Alors, pour résister, je m’acharne à vivre, maladroite mais honnête, irrégulière mais absolue. Intraitable… sur la qualité des sentiments. Irrésolue… à baisser les bras, face à la débâcle.

La résilience ? Après tout, quoi d’autre ?FullSizeRender