Le vendredi, c’est ravioli



Un vent de folie souffle ce soir sur mon blog…

Je n'honorerai pas la communauté VOX de mes sélections culturelles habituelles (sachant que la notion d'habitude est toute relative puisque je ne suis inscrite que depuis un petit mois…)

Mais la froideur, la fin de la semaine, la fatigue, le beaujolais à la banane m'incitent ce soir à des réflexions d'un autre ordre…

Eh oui est venue l'heure du pyjama en pilou, des soirées télé bien au chaud, des petits plats en sauce et je me mets à rêver qu'après Paris Plage, M. Delanoë et ses comparses nous gâtent dans un futur proche avec un Paris Neige! Dévaler les buttes Montmartre ou Chaumont sur une jolie luge peinte en rouge, faire des bonhommes de neige au Luxembourg, chausser ces moonboots pour traverser les Tuileries

Mais imaginons, toujours dans ce même futur proche, qu'après avoir profité des plaisirs blancs, nous rentrions chez nous et zappions sur notre télévision, aux milliers de chaînes aux logos et sigles compliqués, pour choisir la taille, le poids, la couleur et le sexe du présentateur du JT de quelques pressions de notre index sur une télécommande. Ensuite, un peu comme dans les actuels shows de télé-réalité, il suffirait de taper ou deux pour voir la suite du sujet, décider de s'intéresser quelques secondes de plus aux problèmes des uns, à la douleur des autres.

La malinformation poussée à son paroxysme, les producteurs mettraient en scène des comédies musicales, retraçant la course à la présidentielle de 2007, avec Hélène Ségara à l'intérieur du tailleur de Ségolène, Annie Cordy dans la peau de Bernadette Chirac, l'ensemble chorégraphié par l'inénarrable Kamel Ouali, spécialiste notoire des fresques musicales historiques…

Aaaaaaaaaaaaaaaaaaahhhhhhhhhhhhhhh…. Laissons tomber Paris Neige, l'anticipation a vraiment quelque chose d'effrayant…


Promis, lundi, retour à un fond plus traditionnel…

Publicités