Perché(es)

IMG_2599

Ce dimanche, il semblait que tous les éléments avaient compris que nous basculions en automne. L’air était nettement plus frais que la veille, les feuilles étaient plus brunes et tombaient plus vite, les nuages gris épais s’amoncelaient au-dessus de nos têtes, volant tout au long de la journée la vedette au soleil. L’été avait un peu lutté contre les cartables et les cahiers, les marrons et les habits neufs mais ce jour-là perdait la manche.

Je résistais aussi encore, arpentant la ville bras nus mais je n’ignorais pas que bien vite je me laisserais moi aussi glisser dans l’humeur de l’automne.

En attendant, j’attachais à ma mémoire le haut du tableau, ce beau ciel bleu admiré quelques jours plus tôt, cette lumière bien jaune, bien forte, propre à la chaude saison et ces chaises d’arbitre posées là. Quatre sièges propices à bien des histoires : qui s’y assied ? Que regardent-ils et quelle idée, pourquoi ? Quand et comment avaient-ils songé à installer là des perchoirs d’où guetter une partie du reste du monde ?

Le temps nous entraînait dans son sillage irrémédiablement, il ne nous empêchait pas toutefois de nous interroger et d’inventer nos légendes. Moi, en tout cas, je n’arrêterai pas.

Publicités